Le temps de parole des groupes politiques lors du conseil municipal

Publié le 18/03/2016

Comment est géré le temps de parole des groupes politiques au cours des séances du conseil municipal ?

LE CONSEIL DU JURISTE

Le conseil municipal règle par ses délibérations les affaires de la commune (alinéa 1er de l'article L. 2121-29 du code général des collectivités territoriales). Ceci implique que tous les conseillers municipaux puissent exercer leur mandat sans entrave, et, que le maire concilie le pouvoir de direction des débats avec le respect du droit reconnu aux conseillers municipaux de s'exprimer en cours de séance sur l'ensemble des questions portées à l'ordre du jour et mises en discussion (article L. 2121-14 du code général des collectivités territoriales).

La même logique doit s'appliquer aux modalités de fonctionnement du conseil municipal arrêtées par son règlement intérieur, lequel ne doit comporter aucune mesure contraire aux dispositions légales et réglementaires en vigueur.
Ainsi, ont été estimées illégales les dispositions d'un règlement intérieur d'un conseil municipal limitant la discussion d'une délibération à une intervention par groupe et interdisant à l'un de ses membres déjà intervenu de reprendre la parole en ce qu'elles portaient atteinte au principe posé par le premier alinéa de l'article L. 2121-29 précité (Arrêt de la Cour administrative d'appel de Paris du 22 novembre 2005, Commune d'Issy-les-Moulineaux, n° 02PA01786).

Le droit d'expression des membres d'un conseil municipal étant reconnu individuellement à chacun d'entre eux, un temps de parole suffisant doit leur être accordé pour exprimer leur opinion, sous réserve de la police de l'assemblée exercée par le maire. Dans l'hypothèse où le règlement intérieur d'un conseil municipal comporte des articles contraires au droit d'expression des élus, il est possible de contester la légalité d'une délibération votée par ledit conseil s'il a été fait application des articles illégaux lors des débats ayant précédé son adoption.

Référence :